Comme pour Ripple XRP, Tron (TRX) et Justin Sun seraient dans la ligne de mire des autorités américaines


Partager cet article:

Comme pour Ripple XRP, Tron (TRX) et Justin Sun seraient dans la ligne de mire des autorités américaines

Après Ripple qui est poursuivie par la SEC pour vente illégale de jetons XRP, Tron est-elle la prochaine victime des régulateurs américains ?

C’est une série de tweets sulfureux qui ont causé la chute du cours Tron (TRX), sur fond de rumeurs de poursuites des autorités américaines concernant Justin Sun et ses sociétés Tron, Bittorrent et Poloniex.

Un cours TRX en chute de plus de 9% sur Binance.

chute cours tron trx

Dans ses messages sur Twitter, Adam Cochran évoque une enquête des autorités américaines sur Tron (TRX), en rapport avec des activités sur le sol américain liées à Bittorrent et l’échange crypto Poloniex.

“Scoop:

Certaines sources suggèrent que TRX pourrait faire l’objet d’une enquête de la part des régulateurs américains et avoir une exposition aux États-Unis (liée à Bittorrent et Poloniex) découlant de récents dépôts judiciaires à New York.”

30 tweets qui détaillent pourquoi Tron aurait du souci à se faire vis-à-vis des autorités américaines, même si la société de Justin Sun a répondu à ces accusations en indiquant que l’activité de Tron n’est pas basée au Etats-Unis et que le régulateur américain n’a donc pas d’autorité juridictionnelle en la matière.

sorare 300x250

Hors, si Tron n’aurait pas d’activité directe aux Etats-Unis, “l’essentiel de ce problème semble provenir de Poloniex et de BitTorrent, deux entités américaines qui font partie du patchwork d’entreprises affiliées à/appartenant à Justin Sun”, indique Adam Cochran dans un de ses tweets.

Les soucis pour Justin Sun et Tron pourraient venir de l’acquisition de l’échange crypto Poloniex en décembre 2019.
Poloniex avait alors mis en place l’ouverture de comptes sans vérification d’identité (KYC), des comptes qui permettaient de retirer jusqu’à 10 000 dollars par jour, sans aucune vérification.

Une offre qui s’appliquait donc aussi aux résidents américains qui pouvaient accéder à la plateforme de trading avec un connexion VPN, une pratique qui se rapproche de ce que faisait Bitmex qui s’est retrouvée poursuivie par les autorités américaines.

Si Poloniex est enregistrée aux Seychelles comme l’était Bitmex, Poloniex a des activités et des équipes sur le sol américain, la société se trouverait donc soumise aux lois et réglementations américaines.
De plus, le jeton TRX a été listé sur Poloniex le 12 novembre 2019.

Quant à Bittorrent, ses activités seraient basées à San Francisco, indique Adam Pochran en citant un article de The Verge, Justin Sun a d’ailleurs souvent posté des photos dans cette ville où il se rendait pour ces activités justement.

Tout repose sur l’accès de résidents américains à Poloniex et aux tokens de Justin Sun, ce qui exposerait donc ces sociétés aux sanctions des autorités américaines si elles n’ont pas respecté les règles et lois applicables sur le sol américain.

“Mais la Fondation Tron attestant que TRON, BTT, SUN et JUST ne sont pas disponibles pour les utilisateurs américains ne tient pas la route.

TRON est actuellement négocié sur Bittrex, OkCoin et eToro, tandis que BTT est négocié sur Bittrex, CEX.io et bien sûr les deux sont sur Poloniex.”, indique Adam Pochran dans son enquête.

Adam Pochran qui rappelle que ses tweets se basent sur des faits qu’il a pu rassembler mais aussi sur des rumeurs et qu’il adviendra donc d’attendre des informations officielles de la part des autorités américaines.

Et que s’il y a effectivement enquête de la part du régulateur américain, elle peut durer des mois, des années ou a peut-être déjà été réglée à l’amiable comme c’est souvent le cas, EOS avait payé une amende de 24 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites de la terrible SEC.

Le fait est que le cours Tron (TRX) subit cette fud et ces rumeurs d’enquêtes des autorités américaines et est clairement en baisse actuellement à 0,027$/0,022€.

À LIRE AUSSI: