Interview de Pierre Morizot, PDG de Waltio, société française spécialisée dans la déclaration d’impôt pour Bitcoin et les cryptomonnaies


Partager cet article:

Interview Pierre Morizot waltio

Impôts, Bitcoin, fisc, cryptomonnaies, ce ne sont peut-être pas des termes que beaucoup aiment entendre mais il est pourtant obligatoire de déclarer à l’administration fiscale ses Bitcoins, transactions en crypto monnaies, bénéfices.

Casse tête pour certains, flou juridique et fiscal pour d’autres, tout comme le service Coqonut, Waltio a eu l’idée de lancer un service d’aide à la déclaration fiscale de Bitcoin et des cryptomonnaies en France.

Pierre Morizot nous en dit plus sur comment est née cette entreprise et comment fonctionne la solution Waltio.

Comment est née Waltio et pourriez-vous nous présenter l’équipe ?

En mars 2018, à la suite de gains en crypto-monnaies encaissés, je cherchais comment les déclarer.
C’était tellement compliqué que j’ai alors décidé de créer un Google Spreadsheet pour simplifier le calcul de mes gains.
Puis je l’ai partagé et c’est ainsi que j’ai “onboardé” mes premiers clients.

Benjamin Chevallereau rejoint l’aventure dans la foulée comme associé en charge de la partie technique.

meilleurs bots crypto trading

Aujourd’hui, nous sommes 6, dont Philippe Masset, fondateur de Unspent.io, qui nous épaule sur la partie technique et trois stagiaires, Louis, Timothée et Anthony, respectivement en charge des partenariats, de la communication et du produit.

Le nom Waltio a-t-il une signification particulière ?

On voulait un nom court et surtout lorsque les gens l’entendent, qu’ils pensent à nous.
On voulait aussi que nos valeurs de confiance, simplicité, se retrouvent dans le nom.

Alors on a réuni une dizaine d’amis et “brainstormé” sur le sujet.
Waltio avec wallet (notion de portefeuille sécurisé) + io (consonance tech) sonnait plutôt bien.

Déclarer ses Bitcoins et crypto-monnaies aux impôts est clairement un casse-tête, pouvez-vous nous expliquer comment fonctionne votre service et quels sont ses avantages pour un particulier ou un professionnel ?

Notre robot fiscal se connecte aux plateformes d’échange -exchanges- et portefeuilles de stockage sécurisé -wallets- pour récupérer les informations de comptes (historiques de transactions).
Puis, il calcule le montant imposable et pré-remplit les liasses fiscales.

Notre mission est de permettre à nos clients de calculer le montant de plus-values et le déclarer le plus facilement possible et cela en toute sérénité.
Ainsi, nous indiquons comment déclarer les gains imposables et fournissons un document permettant de justifier le montant déclaré (très utile en cas de contrôle fiscal).

On a codé le droit fiscal et comptable des crypto-monnaies.

Une étude auprès de nos clients en 2019 a révélé que 85% d’entre eux estiment gagner “plus d’une heure dans leur déclaration fiscale”.
Cependant l’avantage majeur est de leur permettre d’”être sereins lors de leur déclaration fiscale de crypto-monnaies”.

Quels sont les coûts pour utiliser Waltio, particulier ou professionnel ?

Pour un particulier, le coût varie en fonction du nombre de transactions.
Cette année, il va de 89€ à 899€ pour l’assurance d’avoir ses gains en crypto-monnaies déclarés en bonne et due forme.

Pour les sociétés de trading professionnel, notre robot comptable est à prix unique, 79€ HT par mois (soit 948€ HT par an).

Nos clients traders professionnels (ayant une société enregistrée) gagnent entre 3 000€ et 15 000€ sur leurs frais d’expert comptable grâce à notre outil qui convertit les opérations de crypto-monnaies en écritures comptables.

Etes-vous satisfaits des résultats jusqu’à présent, pouvez-vous nous donner quelques chiffres ?

En 2019, nous avons lancé une version bêta de notre solution fiscale pour les particuliers.
Plus de 400 personnes ont utilisé notre produit ! Sans aucun marketing ! on n’aurait jamais pensé avoir un tel intérêt.

Depuis la création de nos outils, plus de 600 comptes ont été connectés à Waltio, ce qui représente un volume de transactions supérieur à 150 millions d’euros.

Satisfait ? Ce n’est qu’un début.
12 Millions d’Européens dont 900 000 Français possèderaient des crypto-monnaies. Ces chiffres ne vont que croître dans les prochaines années.

Aujourd’hui, la grande majorité des contribuables français ne déclare pas leurs plus-values.
Les autres font appel aux services d’avocats fiscalistes et d’autres encore bricolent.

Les contrôles fiscaux massifs liés aux crypto-monnaies vont croître aussi rapidement.
On a de bonnes perspectives de boulot pour les prochaines années !

Quels obstacles avez-vous rencontrés dans la création de votre startup en France ?

Plusieurs !
Les deux plus incroyables sont le compte bancaire et les publicités en ligne.

Notre banque (une banque systémique française) ne connaît pas notre activité. C’est quand même dingue.

L’an dernier, on ne pouvait pas faire de publicité sur Facebook ni sur Google.
Cette année on a du changer les mots-clés pour pouvoir en faire et encore ce n’est même pas sûr que ça fonctionne. On continue de tester.

Notre métier est d’aider les gens à déclarer leurs impôts. Qu’y a-t-il d’illégal ?
Certaines banques suivent notre société de près et souhaitent y investir (on a été incubé au Plateau by Société Générale), d’autres utilisent même nos services mais aucune ne souhaite nous laisser ouvrir un compte bancaire. C’est complètement absurde !

Au final, ça nous énergise pour travailler encore plus pour accélérer la transition de notre système monétaire et financier actuel vers un autre plus numérique, accessible à tous et sans frontière.

Quels conseils donneriez-vous à un entrepreneur qui voudrait lui aussi lancer une startup dans le secteur crypto ?

Ventes. Ventes. Ventes.

Concentrez-vous sur vos ventes et l’expérience que vous faites vivre à vos clients.

Je rajouterai aussi d’aller vite.

Nous venons d’intégrer l’incubateur The Garage.
Leur culture (avec The Familly) nous encourage à tester rapidement et avancer bien plus rapidement qu’une entreprise traditionnelle.

Difficile de ne pas parler du Coronavirus, votre activité commerciale avec vos clients est-elle impactée par la crise du Covid-19 ?

On a de la chance de ne pas être impacté.

Même au contraire, je pense que les Français ont du temps pour s’occuper de leurs finances et se renseigner sur leurs impôts.
D’ailleurs les exchanges français tournent à plein régime en ce moment.

D’un point de vue plus macro, c’est plutôt positif.
Les pays Européens accroissent considérablement leurs dépenses publiques et veulent donc maximiser leurs recettes fiscales.

Ainsi, les campagnes de contrôle fiscal devraient augmenter dans les mois et années à venir.
D’ailleurs, dans les dernier mois, les contrôles fiscaux massifs liés aux crypto-monnaies se sont faits bien plus fréquents comme au Danemark, en Australie ou aux Etats-Unis.

Il y a quelques semaines (avril 2020), l’administration fiscale espagnole a redressé 65 000 traders de crypto-monnaies.

Quant à notre organisation, le travail à distance est dans l’ADN de notre société puisque les membres fondateurs ne vivent pas sur les mêmes continents.
Nous avons toujours accepté que les stagiaires et les freelancers travaillent à distance.

Donc, le Covid-19 n’a rien changé dans notre façon de travailler.

Qu’est-ce que réserve 2020 pour Waltio ?

Le produit a considérablement été amélioré pour cette campagne de déclaration fiscale (fonctionnalités supplémentaires, connexions API, UX simplifiée…) et nous avons noué de nombreux partenariats avec des plateformes d’achat de crypto-monnaies.

Dans quelques jours, nous sortons un Livre blanc gratuit.

Il permet de comprendre facilement comment calculer et déclarer ses plus-values de crypto-monnaies.
Il a été réalisé avec le cabinet d’avocat partenaire ORWL.
C’est sûrement une des sources gratuites les plus complètes sur la fiscalité française des crypto-monnaies pour les particuliers.

Courant 2020, nous devrons réaliser une levée de fonds pour améliorer notre produit et surtout nous développer à l’international.

Continuez votre lecture avec l’interview du PDG de Coqonut, logiciel de déclaration fiscale crypto: cliquez ici.

À LIRE AUSSI: