Piratage Twitter et arnaque Bitcoin, le jeune accusé de 17 ans plaide non coupable


Partager cet article:

Piratage Twitter et arnaque Bitcoin, le jeune accusé de 17 ans plaide non coupable

Le jeune pirate de Twitter, accusé d’être l’auteur de cette arnaque Bitcoin diffusée sur les comptes de célébrités comme Barack Obama ou Elon Musk, a plaidé non coupable devant le juge Christopher Nash à Tampa en Floride, Etats-Unis, révèle une news Reuters.

Graham Clark, hacker qui a tout juste 17 ans, est accusé d’être le cerveau de ce piratage massif de Twitter qui a choqué le monde après avoir piraté les comptes de Barack Obama, Apple, Mike Bloomberg, Elon Musk, Bill Gates, Uber, Jeff Bezos, Joe Biden, Wiz Khalifa, Kim Kardashian West, MrBeast, Warren Buffett, Benjamin Netanyahu, Xxxtencion, Floyd Mayweather.

Pas moins de 30 chefs d’accusation pèsent sur lui dont 17 chefs d’accusation de fraude aux communications, 11 chefs d’accusation d’utilisation frauduleuse de renseignements personnels et d’accès à des ordinateurs ou des appareils électroniques sans autorisation.

Face à ses accusations et peut-être sur conseil de son avocat David Weisbrod, le jeune lycéen qui vient d’avoir son bac a donc décidé de plaider non coupable pour tous ces chefs d’accusation.

Un procès va donc avoir lieu afin de déterminer ses responsabilités et s’il est bien coupable de ces accusations.

Graham Clark n’est pas le seul inculpé dans cette affaire de piratage Twitter.

Nima Fazeli, 22 ans, d’Orlando, en Floride, et Mason Sheppard, 19 ans, de Bognor Regis, au Royaume-Uni, ont également été inculpés pour leurs rôles présumés dans le piratage de Twitter devant un tribunal fédéral de Californie la semaine dernière.

Graham Clark est cependant considéré comme étant le cerveau de cette attaque qui a permis aux cybercriminels de diffuser un message sur les comptes Twitter des victimes qui demandait au public d’envoyer du Bitcoin BTC.

barack obama piraté sur twitter pour arnaque bitcoin

Twitter a déclaré que le pirate informatique avait eu accès à un tableau de bord d’entreprise qui gérait les comptes d’utilisateurs, en utilisant des smartphones, de l’ingénierie sociale et du spear-phishing pour obtenir les informations d’identification d’un petit nombre d’employés de Twitter afin d’accéder aux systèmes internes.

Le spear-phishing utilise le courrier électronique ou d’autres messages pour inciter les gens à partager des informations d’identification d’accès.

Un piratage de Twitter qui n’aura récolté qu’environ 180 000 dollars alors que Graham Clark possède déjà 3 millions de dollars en Bitcoin dans ses crypto wallets.

Le jeune pirate doit repasser devant le juge pour discuter de sa caution de 725000 dollars afin qu’il puisse être libéré en attendant son futur procès.

À LIRE AUSSI: