Le fondateur de Veritaseum (VERI) poursuivi pour fraude par la SEC !


Partager cet article:

Le fondateur de Veritaseum (VERI) poursuivi pour fraude par la SEC

Le fondateur de Veritaseum (VERI), Reginald Middleton, poursuivi pour fraude par la SEC !
Veritaseum était une arnaque à la ICO de 15 millions de Dollars.

La SEC engage donc une action contre Reginald Middleton et sa société Veritaseum.

L’action vise à empêcher la dissipation des défendeurs des 8 millions de dollars de produits des investisseurs restant des 14,8 millions de dollars qu’ils ont collectés frauduleusement dans le cadre d’une offre initiale de pièces de monnaie, ICO.

La Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis poursuit sa lutte contre les systèmes de cryptomonnaie illégaux.
Le 12 août 2019, l’autorité de réglementation Américaine a déposé sa plainte contre Veritaseum, LLC, Veritaseum, Inc. et Reginald Middleton auprès du tribunal de district du district est de New York.

Il s’agit d’une action d’urgence qui vise à empêcher les défendeurs de dissiper les quelque 8 millions de dollars de produits des investisseurs restants des quelque 14,8 millions de dollars qu’ils ont collectés frauduleusement en 2017 et au début de 2018 dans le cadre d’une offre de valeurs numériques.

déclaration fiscale bitcoin 2021

La liste des défendeurs comprend un financier (Middleton) basé à Brooklyn et deux sociétés qu’il contrôle.
Ils auraient recueilli 14,8 millions de dollars en faisant des déclarations inexactes et des omissions importantes au sujet des titres non inscrits qu’ils ont offerts: des actifs numériques appelés «VERI Tokens», «VERI» ou «Veritas». Les défendeurs auraient mené cette offre de manière appel d’offres initial (ICO) qui s’est déroulé du 25 avril 2017 au 26 mai 2017, ainsi que dans les offres et les ventes post-ICO.

Selon la plainte de la SEC, les défendeurs ont sciemment induit en erreur les investisseurs au sujet de leur entreprise antérieure et de l’utilisation du produit de l’offre; vanté la demande des investisseurs démesurée pour VERI; et a prétendu avoir un produit prêt à générer des millions de dollars de revenus, alors qu’aucun produit de ce type n’existait; ont placé une série d’opérations manipulatrices sur les jetons VERI afin d’augmenter leur prix et d’inciter les investisseurs à acheter plus de jetons; et détournement des avoirs d’investisseur dès la phase d’offre à l’OIC.

Pour se soustraire aux exigences de la législation fédérale en matière de valeurs mobilières, Middleton a tenté de transformer VERI en «frais payés à l’avance» ou en «logiciel» et de les comparer à des cartes-cadeaux.
En réalité, VERI sont des titres, comme le montre la substance du placement, et notamment dans les déclarations de Middleton selon lesquelles «l’achat d’aujourd’hui de 3,30 USD environ pourrait donner (3,30 x 5 000%) = 165 $» et que «l’achat de Veritas va directement pour financer ” l’entreprise.

Pour encourager les achats au cours de la phase ICO de l’offre, les défendeurs ont déclaré aux investisseurs potentiels que Veritaseum disposait de produits prêts à être commercialisés pour remplacer les courtiers, les banques et les hedge funds.
Ces déclarations étaient toutes fausses.
Il n’existait aucun produit «prêt à être expédié», susceptible de générer des recettes de millions de dollars ou de remplacer les institutions financières.

De plus, après la phase d’ICO, Middleton a placé une série d’opérations secrètes et manipulatrices sur VERI sur une plate-forme d’actifs numériques, augmentant artificiellement le prix de VERI d’environ 315% au cours d’une journée de négociation.
Il a ensuite vanté ces augmentations de prix et les rend aux détenteurs de VERI, affirmant, par exemple, que VERI était «en hausse de 33,51 fois par rapport à son prix de vente initial du 25 avril, certains prescients sont très heureux».
Middleton a également détourné pour son compte personnel et utiliser au moins 520 000 $ des montants réunis dans le placement.

La SEC note que le placement était illégal, car aucune déclaration d’enregistrement n’avait été déposée ou en vigueur pour les offres et les ventes de VERI, et aucune exemption d’enregistrement ne s’appliquait.

Le 30 juillet 2019, le jour où le personnel de la SEC a informé le conseil des défendeurs qu’il était susceptible de recommander à la Commission d’approuver le dépôt d’une action en exécution contre les défendeurs, le 31 juillet 2019, les défendeurs ont versé plus de 2 USD millions d’euros de produits restants de l’offre provenant d’une adresse blockchain qu’ils contrôlaient dans d’autres adresses et utilisaient une partie de ces fonds pour acheter des métaux précieux.

Le personnel de la SEC a demandé aux avocats, par l’intermédiaire de leurs conseils, de ne pas dissiper davantage le produit du placement.
Les accusés, par l’intermédiaire de leurs avocats, ont rejeté la demande de la SEC.

La Commission réclame à présent, notamment, une ordonnance de gel des avoirs des défendeurs, la restitution des gains mal acquis ainsi que l’imposition de sanctions pécuniaires au civil.

Le prix du token VERI a chuté de 80% aujourd’hui et ne vaut plus que 4 Euros ou 4.50$ !
Au plus haut du dernier bull run de Bitcoin, Veritaseum valait jusqu’à 481 Euros ou 538 Dollars !
https://coinmarketcap.com/fr/currencies/veritaseum

Avec le temps, les arnaques à la fausse ICO commencent à tomber et il y en aura sûrment d’autres.
Veritaseum avait quand même levé 15 millions de dollars pour un projet bidon au final.

Il faut donc bien faire attention où vous investissez votre argent en vous disant que tout investissement peut disparaître pour diverses raisons, faillite, arnaque, etc…

À LIRE AUSSI: