Voyager Digital refuse le plan de sauvetage proposé par l’échange crypto FTX

Partager cet article:

Voyager Digital refuse le plan de sauvetage proposé par l'échange crypto FTX

La plateforme Voyager Digital en faillite a refusé en bloc le plan de sauvetage proposé par l’échange crypto FTX qui visait notamment à rembourser plus rapidement les utilisateurs dont les fonds sont bloqués sur leur compte Voyager.

Dans une lettre de rejet déposée auprès du tribunal en charge de la procédure de mise en faillite de l’entreprise, Voyager ne mâche pas ses mots et évoque « une offre de reprise basse déguisée en sauvetage de chevalier blanc« .

Voyager considère que FTX a surtout cherché à faire la publicité de son échange crypto plutôt que de vouloir réellement aider les utilisateurs de la plateforme en faillite qui ne peuvent plus retirer leurs fonds pris en otages.

« Voyager acceptera toute proposition sérieuse faite conformément aux procédures d’appel d’offres décrites dans sa requête. Il semble clair, cependant, que la proposition d’AlamedaFTX, qui a été faite en violation des procédures d’appel d’offres proposées, a été conçue pour générer de la publicité pour elle-même plutôt que de la valeur pour les clients de Voyager. Espérons que les clients comprennent que la diffusion publique de propositions qui subvertissent un processus d’appel d’offres coordonné, confidentiel et concurrentiel peut avoir pour effet de paralyser les appels d’offres.

La proposition d’AlamedaFTX n’est rien de plus qu’une liquidation de crypto-monnaie sur une base qui avantage Alameda et FTX. C’est une offre basse déguisée en sauvetage de chevalier blanc.

Pour quiconque lit la proposition, même de manière superficielle, il sera évident que le plan autonome que Voyager a déposé est capable d’offrir beaucoup plus de valeur aux clients que la proposition d’AlamedaFTX, qui transfère une valeur significative à Alameda/FTX et élimine complètement le valeur des actifs qui ne présentent aucun intérêt pour AlamedaFTX.


AlamedaFTX propose essentiellement une liquidation où FTX joue le rôle de liquidateur. », peut-on lire dans la lettre de rejet.

Voyager juge que son plan de restructuration a plus de valeur et d’intérêt pour ses clients que le plan de reprise proposé par FTX.

Sur Twitter, le PDG de FTX, Sam Bankman-Fried, a longuement répondu aux arguments mis en avant dans la lettre de refus dictée par les avocats et conseillers en faillite de Voyager.

Meilleurs sites copy trading

Il se pose la question sur les fonds en crypto que possède toujours Voyager et qui pourraient déjà être rendus directement aux utilisateurs, en attendant de pouvoir les rembourser à 100% plus tard.

« 1) Voyager a perdu des actifs clients, mais il lui reste encore la majorité.

Pourquoi n’ont-ils pas encore été rendus aux clients ? Faits tristes d’un processus de faillite. »

Le CEO de FTX cite également l’affaire de l’échange crypto Mt Gox qui avait été piraté en 2014, le processus de liquidation est en cours, les utilisateurs n’ont toujours pas récupéré leurs fonds après toutes ces années de procédure.

Eh bien, le processus * traditionnel * est qu’avant que les clients ne récupèrent leurs actifs, ils se font baiser. D’abord, il y a un processus long et fastidieux, au cours duquel les fonds sont gelés. Cela peut prendre des années.


Vous vous souvenez du Mt Gox ? Ce processus est *toujours en cours*.

Sam Bankman-Fried met en avant le fait que les avocats et conseillers en faillite de Voyager ont intérêt à ce que la procédure de liquidation dure le plus longtemps possible afin de facturer le maximum de frais juridiques à Voyager.

Finalement, le PDG de FTX réitère que son offre vise à permettre aux utilisateurs de Voyager de récupérer leurs fonds. « Ils en ont déjà assez enduré. », déclare-t-il.

Suite à ce refus par Voyager, les clients de la plateforme en faillite vont donc devoir attendre dans l’angoisse avant de peut-être un jour pouvoir récupérer leurs fonds. Un processus qui prendra effectivement des années si la liquidation suit la procédure classique de mise en faillite.

Suivez-nous sur TelegramFacebook et Twitter.

À LIRE AUSSI: