Tether (USDT) et Bitfinex condamnées à payer des amendes totalisant 42,5 millions de dollars

Partager cet article:

Tether (USDT) et Bitfinex condamnées à payer amendes totalisant 42,5 millions de dollars

Dans la ligne de mire des autorités américaines, les sociétés Bitfinex et Tether (émetteur du stablecoin USDT) ont été condamnées par la CFTC à payer des amendes pour 42,5 millions de dollars.

La CFTC, Commodity Futures Trading Commission, indique dans son communiqué que Tether paiera 41 millions de dollars pour des affirmations selon lesquelles le stablecoin USDT était entièrement soutenu par des dollars américains.

« L’ordonnance Tether constate que du 1er juin 2016 au moins au 25 février 2019, Tether a fait une fausse déclaration aux clients et au marché que Tether a maintenu des réserves suffisantes en dollars américains pour soutenir chaque USDT en circulation avec le «montant équivalent de la monnaie fiduciaire correspondante» détenu par Tether et «déposé en sécurité» dans les comptes bancaires de Tether. En fait, les réserves Tether n’étaient pas «entièrement soutenues» la plupart du temps. », indique le communiqué de la CFTC.

Bitfitnex paiera 1,5 million de dollars pour des transactions illégales lors de l’exploitation de la plate-forme de trading de crypto-monnaie Bitfinex et en violation d’une ordonnance CFTC antérieure.

L’ordonnance oblige également Tether à cesser et à s’abstenir de toute autre violation de la Commodity Exchange Act (CEA) et des règlements de la CFTC.

Depuis un certain temps, les autorités de régulation des Etats-Unis expriment leur inquiétude vis-à-vis des stablecoins dont la capitalisation boursière ne cesse de progresser.
Le Tether USDT représente aujourd’hui près de 70 milliards de dollars sur les marchés crypto.

sorare 300x250

Des stablecoins qui ne sont pas garantis à 100% par des dollars en banque, un détail qui ne plaît pas aux autorités et qui a donc amené la CFTC à condamner Tether à payer 41 millions de dollars d’amende pour des déclarations trompeuses à ce sujet.

Bitfinex se voit condamnée essentiellement pour avoir laissé des résidents américains accéder à sa plateforme de trading, et d’avoir fonctionné en tant que marchand de commissions à terme (FCM) sans s’inscrire comme requis auprès des autorités de régulation.

Le président par intérim de la CFTC, Rostin Behnam, a déclaré:

« Cette affaire met en évidence les attentes d’honnêteté et de transparence sur le marché des actifs numériques en croissance et en développement rapides. La CFTC continuera à prendre des mesures décisives pour mettre en lumière les déclarations fausses ou trompeuses qui ont un impact sur les marchés juridictionnels de la CFTC. »

Vincent McGonagle, directeur par intérim, a commenté:

« Comme le montrent les actions d’aujourd’hui contre Tether et Bitfinex, la CFTC s’est engagée à s’acquitter de son obligation légale de promouvoir l’intégrité du marché et de protéger les clients américains. La CFTC utilisera sa forte autorité de lutte contre la fraude sur les produits de base, y compris les actifs numériques, si nécessaire. La CFTC agira également pour garantir que certains échanges d’actifs numériques sur marge, à effet de levier ou financés proposés aux clients de détail américains doivent avoir lieu sur des bourses correctement enregistrées et réglementées. De plus, comme le reflète l’ordonnance de Bitfinex, la CFTC prendra des mesures décisives contre ceux qui choisissent de violer les ordonnances de la CFTC. »

Les autorités américaines passent donc à l’action à l’encontre des stablecoins. Leader du marché des stablecoins, Tether (USDT) écope d’une belle amende qui va servir d’avertissement aux autres émetteurs de jetons stables comme ceui de Binance, le BUSD.

Dans un article précédent, nous évoquions la SEC qui enquête actuellement sur Circle et son stablecoin USDC. Un stablecoin qui n’est pas garanti à 100% par des dollars en banque, un point sur lequel la SEC devrait certainement enquêter de plus près avant de peut-être décider de sanctions à l’encontre de Circle.

Suivez nous sur TelegramFacebook et Twitter.

À LIRE AUSSI: