Tout savoir sur Libra, la cryptomonnaie de Facebook !


Partager cet article:

Tout savoir sur Libra, la cryptomonnaie de Facebook

C’est quoi Libra ?

Tout savoir sur Libra, la cryptomonnaie de Facebook !

Tout comprendre sur la crypto-monnaie mondiale de Facebook, le jeton Libra, la blockchain.

Il devait s’appeler le Facebook Coin, le FB Coin, Facebook lui a finalement trouvé un nom et cela sera Libra.
En lançant sa propre cryptomonnaie à destination de ses milliards d’utilisateurs dans le monde entier, Facebook a l’ambition en gros de remplacer les banques et Paypal d’une certaine manière.

Sa puissance médiatique, financière et surtout son réseau social tentaculaire dans le monde viennent d’attirer l’attention du monde entier sur les cryptomonnaies et Bitcoin au passage.

bitcasino bitcoin btc

C’est la première fois q’un Président Américain, Donald Trump, s’exprime sur le sujet des cryptomonnaies et de Bitcoin en déclarant que le Dollar reste la monnaie forte.
Le fait de venir parler de Bitcoin indique bien l’importance que les cryptomonnaies sont en train de prendre et du danger qu’elles représentent pour les états, les banques et le système financier qui va bientôt subir une révolution profonde avec la disparition du cash et de la monnaie fiduciaire !

Le Président Américain, Donald Trump, s’est aussi exprimé justement sur Facebook et sa future cryptomonnaie Libra.
Rappelant que si Facebook veut lancer une cryptomonnaie et devenir une banque ou un établissement financier en quelque sorte, la société devra se soumettre aux régulations Américaines sur les banques et autre établissement financier.
Là encore, le fait que le Président Américain lui-même s’exprime sur Facebook et Libra indique le danger et l’importance que représente le projet crypto de Facebook !

Alors, qu’est-ce que Libra ?

Facebook a finalement révélé les détails de sa crypto-monnaie, Libra (Signe astrologique de la Balance), qui vous permettra d’acheter des biens et services ou d’envoyer de l’argent à des personnes moyennant des frais quasi nuls. Vous achèterez ou récupérerez votre Libra par pseudonyme en ligne ou dans des points de correspondance locaux tels que des épiceries, et vous la dépenserez en utilisant des applications de portefeuille tierces interopérables ou le propre portefeuille Calibra de Facebook intégré à WhatsApp, à Messenger et à sa propre application.

Aujourd’hui, Facebook a publié son livre blanc ou white paper expliquant Libra et son réseau testnet pour avoir résolu les problèmes de son système de chaîne de blocs avant son lancement public au premier semestre 2020.

Vous pouvez voir le White paper de Libra en Français et en PDF ici: https://conseilscrypto.com/le-whitepaper-de-libra-ou-papier-blanc

Facebook ne contrôlera pas totalement Libra, mais obtiendra un seul vote dans sa gouvernance, à l’instar des autres membres fondateurs de l’Association pour Libra, notamment Visa, Uber et Andreessen Horowitz, qui ont investi chacun au moins 10 millions de dollars dans les opérations du projet.
L’association fera la promotion de Libra Blockchain et de la plateforme de développement open source avec son propre langage de programmation Move, et engagera les entreprises à accepter Libra comme moyen de paiement, voire à offrir aux clients des rabais ou des récompenses.

Facebook lance une filiale, également appelée Calibra, qui gèrera ses transactions cryptées et protègera la confidentialité des utilisateurs en ne mélangeant jamais vos paiements Libra avec vos données Facebook, elle ne peut donc pas être utilisée pour le ciblage des annonces.
Votre véritable identité ne sera pas liée à vos transactions visibles publiquement.
Mais Facebook / Calibra et les autres membres fondateurs de la Libra Association gagneront un intérêt sur l’argent en espèces des utilisateurs qui est gardé en réserve afin de maintenir la valeur de Libra stable.

La tentative audacieuse de Facebook de créer une monnaie numérique mondiale qui favorise l’inclusion financière des personnes non bancarisées a en réalité plus d’intimité et de décentralisation que ce à quoi beaucoup s’attendaient.
Au lieu d’essayer de dominer l’avenir de Libra ou d’en retirer immédiatement des tonnes d’argent, Facebook joue le jeu à long terme en transférant des paiements sur son domaine en ligne.
Le vice-président blockchain de Facebook, David Marcus, a expliqué le motif de la société et son lien avec sa principale source de revenus lors d’un briefing au bâtiment historique Mint de San Francisco. “Si davantage de commerce se produit, plus de petites entreprises vendront plus de plates-formes, et elles voudront acheter plus d’annonces sur la plate-forme, ce qui sera bénéfique pour notre secteur de la publicité.”

Le risque et la récompense de la construction d’un nouveau PayPal.

Dans les crypto-monnaies, Facebook voyait à la fois une menace et une opportunité.
Ils avaient la promesse de perturber la façon dont les choses sont achetées et vendues en éliminant les frais de transaction courants avec les cartes de crédit.
Cela se rapproche dangereusement de l’activité publicitaire de Facebook qui influence ce qui est acheté et vendu.
Si un concurrent comme Google ou un nouveau venu construit une cryptomonnaie populaire et peut surveiller les transactions, il apprendra ce que les gens achètent et pourra mobiliser les milliards dépensés en marketing sur Facebook.

Pendant ce temps, les 1,7 milliards de personnes qui n’ont pas de compte bancaire pourraient choisir celui qui leur proposera une alternative aux services financiers comme fournisseur d’identité en ligne.
C’est une autre chose que Facebook veut être.

Cependant, les crypto-monnaies existantes telles que Bitcoin et Ethereum n’étaient pas correctement conçues pour devenir un moyen d’échange.
Bitcoin c’est un peu le nouvel or, une valeur refuge comme l’or.
Ethereum est un peu la base technique et le support principal d’un nouveau système financier décentralisé !

Leur prix sans ancrage était sujet à des fluctuations énormes et imprévisibles, ce qui rendait difficile pour les commerçants l’acceptation en paiement.
Et les cryptomonnaies manquent beaucoup de leur potentiel au-delà de la spéculation, à moins qu’il n’y ait suffisamment d’endroits qui les accepteront au lieu de dollars ou euros, et l’expérience de leur achat et de leur dépense est assez facile pour un public traditionnel.

Mais avec la relation de Facebook avec 7 millions d’annonceurs et 90 millions de petites entreprises, ainsi que ses prouesses en matière d’expérience utilisateur, il était bien placé pour s’attaquer à ce gros problème.

Maintenant, Facebook veut faire de Libra l’évolution de PayPal.

Facebook espère que Libra deviendra plus simple à mettre en place, plus omniprésente comme moyen de paiement, plus efficace avec moins de frais, plus accessible aux non-bancarisés, plus souple grâce aux développeurs et plus durable grâce à la décentralisation.

«Le succès signifie qu’une personne travaillant à l’étranger dispose d’un moyen simple et rapide pour envoyer de l’argent à sa famille et qu’un étudiant peut payer son loyer aussi facilement qu’il peut acheter un café», écrit Facebook dans sa documentation Libra.

Ce serait une grande amélioration par rapport à aujourd’hui, lorsque vous payez un loyer sous forme de chèques non sécurisés, alors que les services de transfert de fonds facturent en moyenne 7% pour envoyer de l’argent à l’étranger, rapportant ainsi 50 milliards de dollars par an aux utilisateurs.
Libra pourrait également alimenter de minuscules micro-transactions d’une valeur de quelques centimes infaisables avec les frais de carte de crédit attachés, ou remplacer votre titre de transport prépayé.

… Ou bien il pourrait être globalement ignoré par les consommateurs qui y voient trop de soucis pour trop peu de récompense, ou trop peu familier et limité dans son utilisation pour les attirer dans le paysage financier moderne. Facebook s’est construit une réputation de produits sous-utilisés et sur-conçus. Il aura besoin de toute l’aide possible pour remplacer ce qui est déjà dans nos poches.

Comment fonctionne Libra?

A présent, vous connaissez les bases de Libra.
Utilisez une devise locale, obtenez Libra, dépensez-les comme des dollars ou euros sans gros frais de transaction, retirez-les quand vous le souhaitez.
(N’hésitez pas à partager cet article si cela vous tient à cœur.)

Mais la technologie sous-jacente, l’association qui la régit, les portefeuilles que vous allez utiliser et le mode de paiement des paiements comportent tous une quantité de détails fascinants.
Facebook a publié plus de 100 pages de documentation sur Libra et Calibra, et nous avons dégagé les faits les plus importants. The Libra Association – la nouvelle oligarchie des cryptomonnaies !

Facebook savait que les gens ne lui feraient pas confiance pour diriger entièrement la crypto-monnaie qu’elle utilise, et ielle a également demandé de l’aide pour favoriser l’adoption.
Le réseau social a donc recruté les membres fondateurs de l’association Libra, une association à but non lucratif qui supervise le développement du jeton, la réserve d’actifs réels qui lui confère de la valeur et les règles de gouvernance de la blockchain. «Si nous le contrôlions, très peu de gens voudraient en prendre et le faire sien», explique Marcus.

Chaque membre fondateur a versé un minimum de 10 millions de dollars pour devenir membre et devenir éventuellement un opérateur de nœud validateur (plus de détails à ce sujet plus tard), obtenir une voix au sein du conseil de l’association Libra et avoir droit à une part (proportionnelle à leur investissement) des dividendes d’intérêts gagné sur la réserve de Libra dans laquelle les utilisateurs paient la monnaie fiduciaire pour recevoir Libra.

Parmi les 28 membres fondateurs de l’association et de leurs industries, rapportés précédemment par Frank Chaparro de The Block, figurent:

Paiements: Mastercard, PayPal, PayU (bras fintech de Naspers), Stripe, Visa.
Technologie et marchés: fonds de réservation, eBay, Facebook / Calibra, Farfetch, Lyft, Mercado Pago, Spotify AB, Uber Technologies, Inc.
Télécommunications: Iliad (le Français), groupe Vodafone.
Blockchain: Anchorage, sentiers de bison, Coinbase, Inc., Xapo Holdings Limited.
Capital risque: Andreessen Horowitz, Initiatives novatrices, Ribbit Capital, Thrive Capital, Union Square Ventures.
Organisations à but non lucratif et multilatérales, et institutions académiques: Creative Destruction Lab, Kiva, Mercy Corps, Women’s World Banking.

Facebook espère atteindre 100 membres fondateurs avant le lancement officiel de Libra et est ouvert à toute personne qui remplit les conditions requises, y compris à des concurrents directs tels que Google ou Twitter. L’association Libra est basée à Genève, en Suisse, et se réunira deux fois par an.
Le pays a été choisi pour son statut neutre et son fort soutien à l’innovation financière, y compris la technologie blockchain.

Gouvernance de la Balance – qui obtient un vote?

Pour adhérer à l’association, les membres doivent disposer d’un demi-rack d’espace serveur, d’une connexion Internet dédiée de 100 Mbits/s ou plus, d’un ingénieur responsable sur site à temps plein et d’une sécurité de niveau entreprise.
Les entreprises doivent atteindre deux des trois seuils d’une valeur de marché de 1 milliard de dollars US ou de 500 millions de dollars de soldes clients, atteindre 20 millions de personnes par an et/ou être reconnues comme l’un des 100 plus grands leaders du secteur par un groupe comme Interbrand Global ou le S&P.

Les investisseurs axés sur la cryptographie doivent avoir un actif de plus de 1 milliard de dollars, tandis que les entreprises de Blockchain doivent exister depuis un an, avoir une sécurité et une confidentialité de niveau entreprise, ainsi que des intérêts supérieurs à 100 millions de dollars.
Et seulement un tiers des membres fondateurs peut faire appel à des entreprises liées à la cryptographie ou à des exceptions invitées individuellement.
Facebook accepte également les organisations de recherche telles que les universités et les organisations à but non lucratif qui remplissent trois qualités: travailler sur l’inclusion financière depuis plus de cinq ans, toucher plusieurs pays, compter parmi les 100 meilleurs utilisateurs, figurer dans la liste des 100 meilleurs par Charity Navigator ou quelque chose du genre et/ou Budget de 50 millions de dollars.

L’association Libra.

Membres fondateurs de l'assiociation libra

L’Association Libra sera chargée de recruter davantage de membres fondateurs pour servir de nœuds de validation pour la blockchain, de collecter des fonds pour relancer l’écosystème, de concevoir des programmes d’incitation pour récompenser les utilisateurs précoces et de distribuer des subventions à impact social.

Un conseil composé d’un représentant de chaque membre aidera à choisir le directeur général de l’association, qui nommera une équipe de direction et élira un conseil de cinq à 19 représentants de haut rang.

Chaque membre, y compris Facebook/Calibra, obtiendra seulement un vote ou 1% du vote total (le plus grand des deux) au conseil de l’Association Libra.

Cela fournit un niveau de décentralisation qui protège contre Facebook ou tout autre membre tentant de détourner Libra à son propre avantage.
En évitant la possession exclusive et la domination de Libra, Facebook pourrait éviter une surveillance supplémentaire de la part des autorités de réglementation qui enquêtaient déjà sur la Libra pour une multitude d’abus dans la vie privée ainsi que pour un comportement potentiellement anticoncurrentiel.

Dans le but d’éviter les critiques des législateurs, l’association Libra écrit: «Nous nous félicitons de l’enquête publique et de responsabilité. Nous sommes engagés dans un dialogue avec les régulateurs et les décideurs. Nous partageons l’intérêt des décideurs politiques pour la stabilité actuelle des monnaies nationales. ”

La monnaie Libra – une monnaie stable.

Un Libra est une unité de la cryptomonnaie Libra qui est représentée par un caractère unicode à trois lignes horizontales ondulées ≋ comme si le dollar était représenté par $.

La valeur de Libra est censée rester en grande partie stable. C’est donc un bon moyen d’échange, car les marchands peuvent être assurés de ne pas recevoir un Libra aujourd’hui qui vaudra moins demain.
C’est un peu comme les stable coins actuels comme Tether USDT ou TrueUSD qui sont déjà en circulation mais qui n’inspirent pas la même confiance qu’une grande entreprise comme Facebook justement.
Il y a eu d’ailleurs beaucoup de rumeurs au sujet de Tether et sur les réserves effectives derrière les milliards de Tether en circulation sur les échanges cryptos.

La valeur de Libra est liée à un panier de dépôts bancaires et de titres à court terme d’États pour une multitude de monnaies internationales historiquement stables, notamment le dollar, la livre sterling, l’euro, le franc suisse et le yen.

L’Association Libra maintient ce panier d’actifs et peut modifier le solde de sa composition si nécessaire pour compenser les fluctuations importantes des prix de toute devise étrangère, de sorte que la valeur d’une Balance reste cohérente.

Le nom Libra vient du mot pour une unité de mesure de poids romaine.
C’est essayer d’invoquer un sentiment de liberté financière en jouant sur le radical français «Lib», qui signifie libre.

L’Association Libra cherche toujours la valeur de départ exacte pour Libra, mais elle est censée se situer quelque part proche de la valeur d’un dollar, d’un euro ou d’une livre sterling, de sorte qu’elle est facile à conceptualiser.
De cette façon, un bidon de 4 litres de lait aux États-Unis pourrait coûter 3 à 4 Libra, soit le même prix, mais pas exactement le même prix qu’avec un dollar.

L’idée est que vous rentrerez de l’argent classique pour un solde en Libra que vous pourrez dépenser pour accepter des marchands et des services en ligne.
Vous pourrez échanger votre devise locale contre le token Libra et vice versa via certaines applications de portefeuille, y compris Calibra de Facebook, des applications de portefeuille tierces et des revendeurs locaux comme  les épiceries où les utilisateurs achètent déjà leur forfait mobile.

La Balance Libra- un pour un.

Chaque fois que quelqu’un verse un dollar ou sa monnaie locale, cet argent est versé dans la réserve Libra et une valeur équivalente de Libra est frappée et distribuée à cette personne.
Si une personne verse de l’argent à l’Association Libra, la Balance qu’elle rend est détruite/brûlée et reçoit la valeur équivalente dans sa devise locale.

Cela signifie qu’il y a toujours 100% de la valeur de Libra en circulation, garantie par des actifs réels dans la réserve de Libra.
Et contrairement aux pièces de monnaie stables «indexées» non liées comme Tether qui sont liées à une devise unique comme le dollar américain, le Libra conserve sa propre valeur – bien que cela devrait encaisser à peu près le même montant d’une devise donnée au fil du temps.

Lorsque les membres de l’Association Libra adhèrent et paient leur minimum de 10 millions de dollars, ils reçoivent des jetons d’investissement Libra.

Leur part dans le total des jetons se traduit par la proportion du dividende qu’ils gagnent sur les intérêts des actifs dans la réserve.

Ces dividendes ne sont versées qu’après que la Libra Association a utilisé les intérêts pour payer les dépenses de fonctionnement, les investissements dans l’écosystème, la recherche en ingénierie et les subventions accordées à des organisations à but non lucratif et autres.

Cet intérêt fait partie de ce qui a attiré les membres de l’Association Libra.
Si Libra devient populaire et que beaucoup de gens apportent un solde important en devises, la réserve augmentera énormément et suscitera un intérêt considérable.

La Blockchain Libra – construite pour la vitesse !

Chaque paiement Libra est écrit en permanence dans la Blockchain Libra – une base de données authentifiée par cryptographie qui agit comme un grand livre public en ligne conçu pour traiter 1 000 transactions par seconde.

Ce serait beaucoup plus rapide que les 7 transactions par seconde de Bitcoin ou les 15 d’Ethereum.

La blockchain est exploitée et constamment vérifiée par les membres fondateurs de la Libra Association, qui ont chacun investi 10 millions de dollars ou plus pour avoir leur mot à dire dans la gouvernance de la cryptomonnaie et la capacité à gérer un noeud validateur.

Lorsqu’une transaction est soumise, chacun des nœuds exécute un calcul basé sur le grand livre existant de toutes les transactions.
Grâce à un système byzantine Fault Tolerance, seuls deux tiers des nœuds doivent parvenir à un consensus sur le fait que la transaction est légitime pour pouvoir être exécutée et écrite dans la blockchain.
Une structure d’arbres Merkle dans le code simplifie la reconnaissance des modifications apportées à la Blockchain Libra.
Avec des transactions de 5 Ko, 1 000 vérifications par seconde sur des processeurs standard et jusqu’à 4 milliards de comptes, la Libra Blockchain devrait pouvoir fonctionner à 1 000 transactions par seconde si les nœuds utilisent au moins des connexions 40 Mbps et des disques durs SSD de 16 To.

Les transactions sur Libra ne peuvent pas être inversées.
Si une attaque affecte plus d’un tiers des noeuds du validateur, ce qui provoque une fork dans la blockchain, la Libra Association déclare qu’elle va temporairement interrompre les transactions, déterminer l’étendue des dégâts et recommander des mises à jour logicielles pour résoudre le fork.

Les transactions ne sont pas entièrement gratuites.
Ils paient une infime fraction de centime pour payer le «gaz» qui couvre le coût de traitement du transfert de fonds similaire à celui avec Ethereum.
Ces frais seront négligeables pour la plupart des consommateurs, mais lorsqu’ils seront cumulés, les frais dissuaderont les mauvais acteurs de créer des millions de transactions pour générer du spam et des attaques par déni de service. «Nous avons délibérément essayé de ne pas innover massivement sur la blockchain elle-même, car nous voulons qu’elle soit évolutive et sécurisée», explique Marcus, qui explique comment tirer parti des meilleurs éléments des cryptomonnaies existantes.

À l’heure actuelle, la Blockchain Libra est connue sous le nom de «autorisée».
Seules les entités remplissant certaines conditions sont admises dans un groupe interne spécial qui définit le consensus et contrôle la gouvernance de la blockchain.
Le problème est que cette structure est plus vulnérable aux attaques et à la censure, car elle n’est pas vraiment décentralisée.
Cependant, lors des recherches de Facebook, il n’a pas été possible de trouver une structure fiable, sans permission, capable de s’adapter en toute sécurité au nombre de transactions que Libra devra traiter.
L’ajout de nœuds ralentit le processus et personne n’a prouvé le moyen d’éviter cela sans compromettre la sécurité.

C’est pourquoi l’Association Libra a pour objectif de passer à un système sans autorisation basé sur une preuve de participation qui protège contre les attaques en distribuant le contrôle, en encourageant la concurrence et en abaissant la barrière à l’entrée. Il souhaite que 20% au moins des voix au sein du conseil de la Libra Association proviennent d’opérateurs de nœuds en fonction de leur total des avoirs en Balance au lieu de leur statut de membre fondateur.
Ce plan devrait aider à apaiser les puristes des chaînes de blocs qui ne seront satisfaits que lorsque la Balance sera complètement décentralisée.

Move le langage de code de Libra.

Libra Blockchain est une application open source dotée d’une licence Apache 2.0, et tout développeur peut créer des applications qui fonctionnent avec le langage de codage Move.

Le prototype de la blockchain lance son testnet aujourd’hui, il est donc en mode bêta pour les développeurs jusqu’à son lancement officiel au premier semestre 2020.
La Libra Association travaille avec HackerOne pour lancer un système de prime aux bogues plus tard cette année qui permettra aux chercheurs en sécurité de s’identifier en toute sécurité.
Dans l’intervalle, l’Association Libra implémente Libra Core à l’aide du langage de programmation Rust, car il est conçu pour éviter les failles de sécurité et le langage Move n’est pas encore prêt.

Move a été créé pour faciliter l’écriture de code blockchain qui suit l’intention de l’auteur sans introduire de bogues. Il s’appelle Move, car sa fonction première est de déplacer des pièces de Libra d’un compte à un autre et de ne jamais laisser ces actifs dupliqués par inadvertance.
Le code de transaction principal ressemble à la procédure suivante: LibraAccount.pay_from_sender (destinataire_adresse, montant).

À terme, les développeurs de Move pourront créer des contrats intelligents pour des interactions programmatiques avec Libra Blockchain.
Jusqu’à ce que Move soit prêt, les développeurs peuvent créer des modules et des scripts de transaction pour Libra à l’aide de Move IR, qui est suffisamment haut pour être lisible par l’homme, mais suffisamment bas pour pouvoir être traduit en véritable bytecode Move qui est écrit dans la chaîne de blocs.

L’écosystème Libra et le langage Move seront complètement ouverts à l’utilisation et à la construction, ce qui présente un risque considérable.

Les développeurs malhonnêtes pourraient s’attaquer aux novices en crypto, affirmant que leur application fonctionne de la même manière que les applications légitimes, et qu’elle est sûre car elle utilise Libra.
Mais si les arnaqueurs arnaquent les consommateurs, la colère éclatera sûrement sur Facebook.
Pourtant, le responsable produit de Calibra dit: «Il n’ya pas de projet pour la Libra Association de jouer un rôle actif dans la validation [des développeurs]», confie Kevin Weil, responsable produit de Calibra.

Même si elle a essayé de se distancer suffisamment via sa filiale Libra et l’association, beaucoup de gens penseront probablement que Libra est la cryptomonnaie de Facebook et la blâmeront pour leurs malheurs.

Les primes de Libra pour récompenser les premières entreprises.

La Libra Association souhaite encourager davantage de développeurs et de marchands à utiliser sa cryptomonnaie.

C’est la raison pour laquelle il prévoit d’attribuer des incitations, éventuellement des pièces de Libra, aux opérateurs de nœuds de validation qui peuvent obtenir l’inscription des personnes qui utilisent Libra.

Les portefeuilles cryptos qui amènent les utilisateurs dans le processus de lutte contre la fraude et le blanchiment d’argent de Know Your Customer ou qui maintiennent les utilisateurs suffisamment actifs pendant plus d’un an seront récompensés.
Pour chaque transaction traitée, les commerçants recevront également un pourcentage de la transaction.

Les entreprises qui bénéficient de ces avantages peuvent les conserver ou les transmettre, en totalité ou en partie, aux utilisateurs sous forme de jetons Libra gratuits ou de réductions sur leurs achats.
Cela pourrait créer une concurrence entre les portefeuilles afin de déterminer lequel peut offrir le plus de récompenses à leurs clients et ainsi attirer le plus grand nombre d’utilisateurs.
Vous pouvez imaginer eBay ou Spotify vous offrant un rabais pour payer en Libra, ou que les développeurs de portefeuilles pourraient vous offrir des jetons gratuits si vous effectuez 100 transactions en un an.

«L’un des défis pour Spotify et ses utilisateurs du monde entier a été l’absence de systèmes de paiement facilement accessibles, en particulier pour ceux qui se trouvent sur des marchés financièrement mal desservis», écrit Alex Norström, Chief Business Officer de Spotify. “En rejoignant l’association Libra, nous avons la possibilité de mieux atteindre le marché total adressable de Spotify, d’éliminer les frictions et de permettre des paiements en masse.”

Ce système d’incitations judicieux devrait considérablement aider à augmenter le nombre d’utilisateurs de Libra, sans imposer aux entreprises d’équilibrer leurs marges par rapport à leur croissance.
Facebook a également un autre plan pour développer son écosystème de développeurs.
En offrant aux entreprises de capital-risque comme Andreessen Horowitz et Union Square Ventures une partie des intérêts de réserve, elles motivent à financer des startups construisant des infrastructures Libra.

Utiliser Libra.

Alors, comment posséder et dépenserréellement Libra ?

Par le biais de portefeuilles Libra comme le portefeuille crypto Calibra de Facebook et d’autres qui seront créés par des tiers, y compris éventuellement des membres de l’Association Libra tels que PayPal.

L’idée est de faire envoyer de l’argent à un ami ou de payer pour quelque chose d’aussi simple que d’envoyer un message sur Facebook.
Vous ne pourrez ni effectuer ni recevoir de paiements réels avant le lancement officiel de l’année prochaine, mais vous pouvez vous inscrire pour un accès anticipé.

Aucun des membres de l’Association Libra n’a accepté de fournir des détails sur ce qu’il va exactement construire sur la blockchain, mais nous pouvons prendre le portefeuille Calibra de Facebook comme exemple de l’expérience de base.

Calibra sera lancé aux côtés de la monnaie Libra sur iOS et Android dans Facebook Messenger, WhatsApp et une application autonome.

Lorsque les utilisateurs s’inscrivent pour la première fois, ils sont soumis à la procédure anti-fraude de Know Your Customer KYC, dans laquelle ils doivent fournir une photo d’identité émise par le gouvernement et d’autres informations de vérification. Ils devront faire preuve de diligence raisonnable à l’égard des clients et signaler toute activité suspecte aux autorités.

À partir de là, vous pourrez encaisser Libra, choisir un ami ou un commerçant, définir un montant pour l’envoyer, ajouter une description et la renvoyer.
Vous pourrez également demander de payer en Libra et Calibra offrira un moyen rapide de payer les commerçants en scannant votre code QR ou votre code QR.
À terme, elle souhaite proposer des paiements en magasin et des intégrations avec des systèmes de points de vente tels que Square.

Les membres du commerce électronique de l’Association Libra semblent particulièrement enthousiastes quant à la manière dont le jeton pourrait éliminer les frais de transaction et accélérer le paiement. “Nous pensons que la blockchain profitera à l’industrie du luxe en améliorant la protection de la propriété intellectuelle, la transparence du cycle de vie du produit et, comme dans le cas de Libra, en permettant un commerce électronique mondial sans friction”, déclare Jose Neves, PDG de FarFetch.

Confidentialité par rapport à Facebook.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a expliqué la philosophie qui sous-tend Libra et Calibra dans un message publié aujourd’hui.
«C’est décentralisé – c’est-à-dire qu’il est géré par de nombreuses organisations différentes au lieu d’une, ce qui rend le système plus équitable dans l’ensemble.
Il est disponible pour tous ceux qui disposent d’une connexion Internet et a des frais et des coûts peu élevés.
Et cela est sécurisé par la cryptographie qui vous permet de garder votre argent en sécurité.
C’est un élément important de notre vision d’une plate-forme sociale axée sur la confidentialité, dans laquelle vous pouvez interagir de toutes les manières que vous souhaitez en privé, de la messagerie à la sécurisation des paiements. ”

Par défaut, Facebook n’importera pas vos contacts ni les informations de votre profil, mais pourra vous demander si vous le souhaitez.

De plus, il ne partagera aucune de vos données de transaction avec Facebook.
Il ne sera donc pas utilisé pour vous cibler avec des annonces, classer votre fil d’actualité ou gagner de l’argent directement à Facebook.
Les données ne seront partagées que dans des cas spécifiques de manière anonyme pour la recherche ou la mesure de l’adoption, pour traquer les fraudeurs ou suite à une demande émanant des forces de l’ordre.
Et vous n’avez même pas besoin d’un compte Facebook ou WhatsApp pour vous inscrire à Calibra ou pour utiliser Libra.

“Nous réalisons que les gens ne veulent pas que leurs données sociales et leurs données financières soient mélangées”, déclare Marcus, qui dirige maintenant Calibra.
“La réalité est que nous aurons beaucoup de portefeuilles qui nous concurrenceront et que beaucoup d’entre eux ne seront pas sociaux, et si nous voulons gagner la confiance des gens, nous devons nous assurer que les données seront séparées.”

Si vous êtes piraté, arnaqué ou si vous perdez l’accès à votre compte, Calibra vous remboursera les pièces perdues lorsque cela est possible par l’intermédiaire du service de support 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, car il s’agit d’un portefeuille dépositaire.

De plus, vous n’aurez pas à vous souvenir des mots de passe cryptés longs et complexes que vous pourriez oublier et à rester en dehors de votre argent, car Calibra gère toutes vos clés pour vous…
Etant donné que Calibra deviendra probablement le porte-monnaie par défaut de nombreux utilisateurs de Libra, cette protection supplémentaire et cette expérience utilisateur plus fluide sont essentielles.

Pour le moment, Calibra ne gagnera pas d’argent.
Cependant, Kevin Weil, responsable du produit chez Calibra, dit que s’il atteignait l’échelle, Facebook pourrait lancer d’autres outils financiers via Calibra qu’il pourrait monétiser, tels que l’investissement ou le prêt. «Avec le temps, nous espérons offrir des services supplémentaires aux particuliers et aux entreprises, tels que payer des factures en appuyant simplement sur un bouton, acheter une tasse de café avec le code d’un scanneur ou utiliser les transports en commun locaux sans avoir à emporter de l’argent comptant ou une carte de crédit. passe métro », écrit l’équipe de Calibra.
Cela commence à ressembler beaucoup à l’application WeChat de la Chine.
Où les Chinois ne paient presque plus en cash avec un QR code même chez des petits commerçants.
La Chine est donc en avance sur les autres pays développés sur ce point, la Chine lancera certainement elle-aussi un global coin comme Libra afin de concurrencer Facebook et les Etats-Unis surtout !

La Russie et L’union Européenne devront y venir aussi pour avoir leur propre cryptomonnaie nationale ou mondiale.

Une pièce de monnaie mondiale !

Facebook a tout à fait raison: l’argent d’aujourd’hui ne fonctionne pas pour tout le monde.

Ceux d’entre nous qui vivent confortablement dans des pays développés ne voient probablement pas les difficultés auxquelles sont confrontés les travailleurs migrants ou les personnes non bancarisées à l’étranger.

Attirés par les prêteurs gloutons et les services d’envoi de fonds à prix élevé, ciblés par les agresseurs et exclus des services financiers traditionnels, les pauvres s’appauvrissent.

Libra a le potentiel de rapporter plus d’argent aux parents qui travaillent et d’aider les gens à conserver leur crédit même s’ils se font dépouiller de leurs biens matériels.
Cela ferait plus pour accomplir la mission de Facebook qui consiste à rendre le monde plus petit que l’ensemble réuni.

Si Facebook réussissait et que des légions de personnes encaissaient de l’argent pour Libra, elle et les autres membres fondateurs de l’association de la Balance pourraient en retirer de gros dividendes.
Et si, tout à coup, il devient très rapide d’acheter des choses via Facebook à l’aide de Libra, les entreprises augmenteront leurs dépenses publicitaires.

Mais si Libra est piratée ou s’avère peu fiable, elle pourrait coûter de l’argent à beaucoup de gens dans le monde entier tout en leur offrant de la cryptomonnaie.
Et en offrant une plate-forme Libra ouverte, les développeurs peu scrupuleux pourraient créer des applications qui ne capturent pas uniquement les informations personnelles de personnes telles que Cambridge Analytica, mais leur argent numérique durement gagné…

Facebook essaie de réinventer l’argent.

L’année prochaine, nous verrons si l’Association Libra peut y parvenir.

Un point important indiqué dans cet article est que les utilisateurs ne seront pas en possession de leurs clés privées ou private keys.
Et comme l’on dit en Anglais, not your keys not your coins, pas vos clés donc pas vos tokens, indiquant qu’à tout moment Libra contrôlera votre argent en Libra et pourra les bloquer à son bon vouloir ou si elle se fait hacker, perdre vos tokens.
Mais il est certainement probable que Libra et Facebook passeront sous silence cet aspect et que peut de gens de tout façon y prêteront attention pensant que ce n’est pas important…

Il reste pour Facebook de passer l’étape des régulations et des autorisations des autorités Américaines pour lancer sa cryptomonnaie.
Des membres du congrès, les lobbys bancaires sont déjà contre ce projet qui viendraient bouleverser le monde financier mondial et Américain.
Les banques ne comptent pas disparaître demain et vont sûrement donner du fil à retorder à Facebook avant de pouvoir lancer son token Libra.

Les futurs débats seront certainement passionnants et l’avenir nous dira si Facebook peut lancer sa cryptomonnaie ou pas.
Et si Libra voit le jour, nous saurons donc si c’est un succès ou si le public préfère se reporter sur des cryptomonnaies réellement décentralisées comme Bitcoin.

Un autre point positif qu’apporte Libra et Facebook est le coup de projecteur sur les cryptomonnaies, ce qui va amener beaucoup de nouvelles personnes à s’intéresser aux cryptomonnaies et Bitcoin donc !

À LIRE AUSSI: