En procédure de faillite, Celsius Network obtient l’autorisation de vendre le Bitcoin (BTC) qu’elle mine

Partager cet article:

En procédure de faillite, Celsius Network obtient l'autorisation de vendre le Bitcoin (BTC) qu'elle mine

Alors que des documents récents révèlent que la plateforme crypto en faillite Celsius aurait des dettes qui tournent autour de 3 milliards de dollars, l’entreprise vient d’obtenir d’un juge l’autorisation de vendre le Bitcoin (BTC) qu’elle mine.

Si Celsius est connue pour ses services de prêts crypto, la plateforme dispose également de machines de minage de Bitcoin (BTC), Celsius Mining, qui lui permettent de diversifier ses activités et de générer des revenus supplémentaires.

En pleine procédure de dépôt de bilan, Celsius est à la recherche d’un éventuel repreneur qui va être difficile à trouver au regard du montant des dettes de l’entreprise.

La société a entamé une restructuration afin de réduire ses coûts de fonctionnement durant cette procédure de mise en faillite.

L’autorisation d’un juge de New York va donc permettre à Celsius de récupérer des fonds en vendant des bitcoins minés par ses machines, malgré le fait que la plateforme doit de nombreux BTC à ses utilisateurs qui préféreraient peut-être recevoir cet argent au lieu qu’il parte en frais d’avocats.

meilleurs bots crypto trading

Hélas, la mise en faillite suit une procédure bien précise qui va certainement favoriser des créanciers prioritaires au détriment des nombreux particuliers clients de la plateforme qui n’ont plus accès à leur compte depuis des mois.

En dépit d’un cours Bitcoin plutôt bas, le minage de BTC peut rapporter gros. En juillet, Celsius a ainsi miné un total de 432 BTC, soit un peu plus de 10 millions de dollars.

Des sommes non négligeables qui peuvent servir à payer du personnel, des coûts de fonctionnement ou des frais d’avocats réputés pour être élevés aux Etats-Unis.

En déliquescence, Celsius obtient là une petite victoire auprès du juge qui a donné son accord pour vendre ces bitcoins minés.

Suivez-nous sur TelegramFacebook et Twitter.

À LIRE AUSSI: