150 millions de dollars pour développer le réseau social Voice financé par EOS


Partager cet article:

150 millions de dollars pour développer le réseau social Voice financé par EOS

Pour concurrencer Twitter ou Facebook, il faut beaucoup d’argent et Block.one, la société derriere EOS, a donc décidé d’accorder 150 millions de dollars au développement de son nouveau réseau social Voice.

Nouvelle annoncée sur leur site, Voice a été conçu et lancé par le PDG de Block.one, Brendan Blumer et le directeur technique Dan Larimer. 
Dan Larimer qui est aussi derrière EOS et Bitshares.

Un réseau social qui a pour vocation de remplacer les réseaux sociaux actuels qui utilisent et abusent des données personnelles des utilisateurs.
Facebook avait eu de sacrés ennuis judiciaires après la révélation de l’utilisation des données de ses utilisateurs.

Manipulations d’opinion avec des robots, Voice veut changer tout cela et espère donc attirer le public avec son nouveau réseau social qui veut faire la différence.
150 millions de dollars est une jolie somme mais reste à voir si cela suffira à venir faire de l’ombre à Twitter ou Facebook.

Le PDG de Block.one, Brendan Blumer, déclare:

déclaration fiscale crypto bitcoin 2021

«Nous créons du journalisme vivant au lieu de plateformes d’informations statiques. Avec Voice visant à changer fondamentalement le fonctionnement des plateformes médiatiques, c’était le bon moment pour Block.one de remettre les rênes à (PDG de Voice) Salah Zalatimo et de permettre à Voice de grandir sous son leadership pour créer une expérience vraiment unique pour les créateurs de contenu. partout.”

Le réseau social Voice est en version Beta comme nous l’évoquions dans un article précédent.

Le PDG de Voice, Salah Zalatimo, ajoute:

“Les paysages actuels des médias et des médias sociaux convergent rapidement. Et les forums numériques d’engagement qui en résultent sont brisés. Nous avons assisté à une profonde perte de confiance sur les sites de médias sociaux en raison de leur utilisation opaque des données personnelles et des règles de réglementation des contenus capricieuses: si vous devez embaucher des armées de personnes pour supprimer le contenu dérangeant, alors il y a quelque chose de fondamentalement mauvais avec la plate-forme. Voice veut combler les divisions et rétablir la confiance dans nos plateformes médiatiques en promouvant l’authenticité, la transparence et l’humanité dans notre communauté.”

Un sacré défi qui attend donc l’équipe de Voice si elle veut se faire une place parmi les grands réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook.

À LIRE AUSSI: