Zilliqa annonce un partenariat avec Elliptic afin de protéger les transactions sur sa blockchain des risques de blanchiment d’argent


Partager cet article:

Zilliqa annonce un partenariat avec Elliptic afin de protéger les transactions sur sa blockchain des risques de blanchiment d'argent

Elliptic est une startup spécialisée dans la surveillance de transactions et le respect des règles contre le blanchiment d’argent (AML).
Sur son site internet, elle indique qu’elle a pour but de donner aux institutions financières et aux entreprises les moyens de fournir des services sûrs et fiables en crypto-monnaie.

En s’associant avec Elliptic, la blockchain Zilliqa va pouvoir bénéficier de ses compétences afin de surveiller toutes les transactions ayant lieu sur son réseau.

Zilliqa veut ainsi garantir le respect des règles et des lois AML contre le blanchiment d’argent sur sa blockchain et avec ses jetons ZIL ainsi que le stablecoin XSGD, indexé sur le dollar Singapourien, qui sera lancé fin d’année 2019.

Le scientifique en chef d’Elliptic, Tom Robinson, a déclaré:

«Nos outils permettent à ces services d’identifier les fonds blanchis par l’intermédiaire de leurs activités, en traçant chaque transaction de crypto-actif tout au long de la blockchain, jusqu’à sa source. Si cette source est l’un des portefeuilles illicites que nous avons précédemment identifiés, l’entreprise est alertée et peut prendre des mesures pour empêcher le blanchiment d’argent.»

Le PDG de Zilliqa, Amrit Kumar, a ajouté:

«Si les promesses de l’économie numérique sont véritablement prometteuses, il est également impératif que les normes établies en matière de sécurité et de conformité restent inchangées.»

La blockchain Zilliqa prend donc les devants vis-à-vis des autorités et des régulateurs en s’associant directement avec une société qui va surveiller en permanence les transactions sur sa blockchain afin de garantir la transparence des transactions et permettre à Zilliqa d’être en totale conformité avec les autorités et leurs procédures AML et KYC.

À LIRE AUSSI: