L’échange crypto etoro est-il une arnaque ?

Partager cet article:

L'échange crypto etoro est-il une arnaquePhoto Cointips

Le youtuber français Cointips a mené l’enquête dans sa dernière vidéo en décortiquant les procédures tarifaires obscures de l’échange crypto Israélien Etoro.

Etoro est très actif au niveau marketing et publicité comme en témoigne la dernière pub avec l’acteur américain Alec Baldwin.
Des publicités et un marketing qui ciblent essentiellement les traders et investisseurs débutants que Cointips veut alerter à propos des frais exorbitants que pratique etoro.

Dans son analyse détaillée, Cointips met en avant des éléments qui interpellent concernant les frais que facture la plateforme de trading etoro qui est légalement basée à Chypre.

Meilleurs sites copy trading

Tout d’abord, il souligne le fait que l’Euro n’est pas intégré à la plateforme mais uniquement le Dollar USD.

Cela a pour conséquence que tout client Européen qui a logiquement de l’Euro va devoir passer par une phase de change sur la plateforme afin de transformer ses Euros en Dollars.

Les frais sont alors conséquents et dignes d’une banque classique voir plus chers qu’une banque au final pour une simple opération de change Euro Dollar.
En se basant sur une somme de 10 000 euros, les frais de change tournent autour des 50 euros !

Les frais explosent si l’utilisateur de la plateforme veut retirer ses fonds avec des frais qui montent jusqu’à 250 euros.

Cointips a aussi regardé de plus près les frais de transaction lorsqu’un utilisateur veut acheter du Bitcoin BTC ou une autre cryptomonnaie et là aussi il y a de jolis frais comparé à d’autres plateformes de trading crypto comme Binance ou Kraken.

Le youtuber français indique que la plateforme etoro déclare ne pas facturer de frais de transaction lors d’un achat de cryptomonnaie mais il y a en fait un « spread » (écart en Anglais) qui est intégré au prix d’achat.
Le spread est normalement une pratique que l’on retrouve sur des plateformes de forex et qui s’adresse plutôt à des traders professionnels et pas à des traders débutants ou au grand public.
Ce spread est facturé dans un unité appelée Pip.
Hors, etoro se pose plus en plateforme grand public ou pour débutants qu’autre chose mais intègre cette pratique de facturation clairement difficile à comprendre pour le grand public ou un trader débutant.

Ce spread va donc influer sur le prix d’achat de la cryptomonnaie, spread qui dépend de l’offre et de la demande dans le carnet d’ordre d’une cryptomonnaie.
Hors, etoro n’affiche pas les carnets d’ordre du fait que c’est une plateforme de courtage mais un carnet d’ordre est néanmoins visible sur eToroX, la plateforme d’échange crypto d’eToro.

Au final, lors d’un achat de Bitcoin ou d’une autre cryptomonnaie sur etoro, le prix facturé sera donc impacté d’un certain pourcentage, ce qui revient au final à faire payer des frais de transaction à l’acheteur.
Cointips indique dans son analyse que par exemple, pour l’achat de Bitcoin BTC, ces frais facturés en Pips peuvent atteindre 0,75%.
Cela monte à 2,45% pour du BNB ou du Ripple XRP et 5% pour Tezos XTZ !

La vidéo de Cointips met à jour un système qui est clairement obscur pour tout novice en trading sachant que l’échange crypto etoro vise en priorité les particuliers via un marketing et des publicités bien ciblés à destination du grand public.

En 2018, Gaël Monfils avait fait la pub de la plateforme etoro et Nabilla Benattia avait mentionné la marque etoro sur son compte Snapchat.
Le site de Capital avait publié un article mettant en garde le public concernant cette plateforme de trading.

Cointips dénonce donc les pratiques commerciales et tarifaires de l’échange crypto etoro évoquant un « courtier cancer » et conseille plutôt d’utiliser des plateformes de trading crypto comme Binance ou kraken qui effectivement pratiquent des tarifs clairs et raisonnables.

Etoro a récemment mis en avant le trading social et son produit copy trader avec une publicité télé figurant l’acteur Alec Baldwin, un service de copy trading que vous pouvez retrouver sur la plateforme française Kryll avec des frais clairs et transparents.

À LIRE AUSSI: